Go to menu Go to content

Essais routiers

Lexus LS 2010

 

 

 À votre service

 Francis Brière

 

Plusieurs éléments sont à considérer quand un journaliste doit rédiger sa critique pour un véhicule comme celui-ci. Un de ces éléments concerne l’acheteur type. Ne soyez pas étonné si je vous raconte que le propriétaire d’une Lexus LS risque fort de s’asseoir sur la banquette arrière la majorité du temps. Mais sachez que cette voiture est aussi agréable pour le conducteur que pour ses passagers.

 

Carrosserie

S’il est vrai que la silhouette de la LS est anonyme, sa discrétion ne l’empêche pas de briller par son élégance. J’apprécie les lignes, en particulier l’arrière qui est splendide. La LS ne profite pas d’un design aussi audacieux que celui de la BMW Série 7, mais ce modèle de Lexus attire l’œil. L’échappement en forme de trapèze lui donne un air masculin. En revanche, la devanture pourrait afficher un peu plus d’éclat. Autrement, peinture, qualité de finition et d’assemblage, tout est parfait ! Je l’ai possédée, ne fut-ce qu’un instant, vêtue de noir… Quelle noblesse !

 

Habitacle

 

Voici maintenant le bureau ! En effet, puisque c’est là que l’acheteur profitera le plus de ce que peut offrir cette voiture. Si la planche de bord et la console font très Lexus, ce qui signifie que l’ergonomie est efficace mais sans génie esthétique, ce sont les sièges et l’espace réservés aux occupants qui attirent l’attention. On y retrouve autant de confort que dans son salon. Les sièges à l’arrière se règlent de mille et une façons (y compris le dossier !) de sorte que l’on obtient la position idéale. Les matériaux utilisés pour la conception de l’habitacle sont de grande qualité, de même que la finition. L’insonorisation, supérieure à celle d’une Audi A8, procure un environnement paisible, même sur l’autoroute. La chaîne audio n’impressionne pas autant que celle de Bang & Olufsen, mais elle comble le silence de roulement avec beaucoup de douceur.

 

Mécanique

Un V8 de 4,6 litres propulse la version 460. Couplé à la boîte de vitesses à 8 rapports, cet engin fait des merveilles. D’une douceur incomparable, le moteur produit des accélérations franches, silencieuses, onctueuses à souhait. Les changements de rapports passe inaperçu. La suspension vous donne l’impression de filer sur un coussin d’air. La LS460 est aussi offerte équipée d’une transmission intégrale. Voilà qui peut servir pour nos hivers. Quant à la 600h, c’est un V8 de 5 litres qui l’anime. Le seul moteur à essence produit 438 chevaux. Jumelé à un composant électrique, cet engin fournit une puissance phénoménale. En revanche, le système hybride a pour effet d’alourdir considérablement le véhicule. On s’interroge sur l’utilité de la chose, surtout pour une voiture de cette catégorie.

 

Comportement

Routière hors pair, la Lexus LS ne demande qu’à manger la route. Elle se compare avantageusement à une Mercedes-Benz de Classe S, ou encore à une BMW Série 7. Seule l’Audi S8 se comporte avec autant de douceur que la LS. En revanche, si vous croyez que cette grosse voiture agit comme un somnifère sur la route, détrompez-vous. On éprouve un réel plaisir au volant. On se laisse transporter par le silence et l’onctuosité du roulement, on fait monter l’adrénaline en sollicitant la puissance du moteur. Oubliez l’idée d’une voiture lourde et encombrante, la LS vous surprendra par sa maniabilité. Même sur une route sinueuse, elle se manie avec aisance sans sous-virer.

 

Conclusion

La Lexus LS se trouve dans une catégorie où bien peu d’élues peuvent se faire valoir. Bien que ce marché soit dominé par les allemandes, elle tire son épingle du jeu et de façon honorable. Plus agréable à conduire qu’une Mercedes-Benz, plus maniable qu’une Série 7 de BMW et plus silencieuse qu’une Audi A8, la LS s’adresse à un public averti. Même s’il s’agit d’une voiture exceptionnelle, Lexus en vend une poignée annuellement. Avec un tel prix affiché, on comprend pourquoi. Sa destinée risque de croiser celle du politicien ou de l’homme d’affaires nomade.

 

 

 

 

Points forts

Confort indécent

Luxe omniprésent

Douceur de roulement

 

Points faibles

Prix

Version hybride discutable